DEMOGRAPHIE

Tous nos medias financiers amalgament vitalité démographique à croissance démographique.

Ce mensonge sémantique est le plus nuisible de toutes les maltraitances que l’argent impose à nos mots pour désorienter nos cerveaux par les mass media qu’il contrôle.

Par son immonde efficacité et son coût nul, l’explosion démographique est le plus performant de tous les outils utilisés par l’argent pour appauvrir, affaiblir et asservir les populations, pour les transformer en bons et loyaux serviteurs de sa croissance qui consacrent leur vie à travailler pour mériter leur paie.

Depuis des siècles la vitalité démographique est à la diminution démographique … à condition de se souvenir que la vitalité est une force de vie, pas d’autodestruction.

Les éthologues observent qu’une population qui perd ses prédateurs doit réguler sa propre démographie sinon elle risque d’auto détruire ses ressources vitales dans son propre environnement. Dans toutes nos réserves dites « naturelles » l’homme régule la démographie animale, et végétale.

Après ses siècles de révolution industrielle et technologique, l’homme a tellement démultiplié ses capacités de manipulation que même un seul milliard d’humains est mille fois suffisant pour habiter notre planète autrement mieux que dans ces petites boites verticales qui font la fierté de nos mégalopoles dans leur triste jeu mondial à qui aura « la plus grande » (bit ?).

Evidemment que pour la vie des autres espèces, pour préserver la biodiversité, pour cultiver la facilité d’accès aux ressources souhaitées par chacun, moins d’humains laisse de la place aux autres dans toutes leurs formes et font tellement moins de dégâts que cela facilite et améliore la régulation par l’homme de son habitat planétaire.

Mais cela suppose une économie orientée vers le mieux vivre des populations.

L’exact inverse d’une économie dédiée à la croissance de l’argent.

L’explosion démographique est magnifique pour l’argent car elle détruit tout et augmente la difficulté pour chacun de disposer des ressources hier naturelles.

Tout détruire crée des marchés et des emplois et rend de plus en plus difficile d’accès les ressources souhaitées, rend chacun esclave de ses besoins en argent.

50 % des emplois mondiaux prévus en 2050 se créent par nos destructions actuelles. Ils seront dans les « métiers de l’environnement », pour « protéger l’environnement » (sic!)

Même la France y incite. Nos allocations familiales sont appelées « argent braguette » dans les dom-tom et cette carotte financière de faire des enfants oriente la surnatalité vers les population les plus pauvres. La croissance des destructions (bétonnisation du péri-urbain) et des problèmes d’insécurités et tensions en tout genre (où la croissance plus rapide de la population musulmane n’est que le fruit de nos choix démographiques : politiquement incorrect à observer !) raréfie les ressources (type terrain constructible ou non) et crée de bienvenus « besoins d’emplois » (secteurs éducation, justice, prisons, bâtiment, social, environnement … ).

Evidemment, ça marche d’autant mieux que ça ne se voit pas, donc jamais aucune question sur qu’est ce que la vitalité démographique.

L’explosion démographique fut la réponse politique des maîtres financiers à l’immense potentiel de liberté que proposaient les gains de productivité de la révolution industrielle. Elle fut politiquement cultivée (la passivité est un choix politique) pour éviter que les populations se retrouvent avec des ressources faciles donc libres.

Nous sommes tellement habitués à ne jamais questionner les fondations durables de nos situations quotidiennes.

Nos mots sont faits pour aveugler nos cerveaux, ou peuvent les éclairer : c’est selon … nos choix de media !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *